La Voix des sans-papiers N° 11

Bulletin du mouvement et des collectifs de lutte autonomes
Publicités

Maîtres blancs et nègres esclaves

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

Lorsque la question leur est posée, la réponse est unanime qui jaillit des bouches des sans-papiers africains refoulés de ce sol d’Afrique où ils allaient débarquer avec enthousiasme, portés par la confiance de monter à la tribune du Forum social mondial, à Tunis, et y faire retentir leur revendication radicale de liberté et d’égalité (« liberté de circulation et d’installation pour tous, partout ») ainsi que leurs doléances de prolétaires sans droits, surexploités et criminalisés, repoussés aux marges de la société et des pays de l’Europe championne de feus « les droits de l’homme » :

« Des esclaves, voilà ce que nous sommes ! des esclaves et rien de plus. L’abolition de l’esclavage ? c’est le plus grand mensonge entretenu par le monde occidental. Continuer la lecture de Maîtres blancs et nègres esclaves

Sans-papiers refoulés : La comédie de Tunis

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

Interview d’Anzoumane Sissoko, porte-parole de la « Caravane des sans-papiers et migrants » au Forum social mondial.

Notre caravane, partie d’Europe, est bien arrivée à destination à la date annoncée. Mais nos sans-papiers représentant plusieurs pays d’Afrique n’ont pas pu débarquer au port, à Tunis.

« Liberté de circulation et d’installation pour tous » : c’était la revendication que nous portions dans nos bouches et dans nos cœurs, le slogan imprimé sur nos t-shirts et gilets, pendant la traversée de l’Europe et de la Méditerranée. Et c’était le thème de l’atelier dont nous étions coorganisateurs, au FSM : c’est pour participer à cet atelier devant plus de 600 organisations inscrites, que nous avions consenti tant de sacrifices de nos forces actives, de temps et d’emprunt d’argent. Continuer la lecture de Sans-papiers refoulés : La comédie de Tunis

On va continuer la bagarre pour les papiers ! Inch’Allah

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

Interviews d’Abdoulaye Camara, mauritanien, et de Wahid Sdiri, tunisien, sans-papiers refoulés de Tunis. Ce dernier a était champion de Tunisie 2007-2008 de kick-boxing.

Camara. Je voulais participer à ce forum mondial comme tout citoyen du monde doit pouvoir le faire. Je voulais y participer pour dire que la liberté de circulation doit être reconnue mondialement : nous les sans-papiers de Paris ne cessons de le revendiquer depuis des années. Nous étions les mieux placés pour aller là-bas demander qu’une véritable lutte soit engagée pour la mise en vigueur de règles internationales conformes à ce principe fondamental des droits de l’homme…

L’interview se déroule au milieu d’autres sans-papiers : Moussa et Siby, tambourinaires, et un autre sans-papiers de la caravane pour Tunis interviennent. Continuer la lecture de On va continuer la bagarre pour les papiers ! Inch’Allah

Sans-papiers subsahariens : Le Sahara, puis l’enfer au Maghreb

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

Nous avions interviewé Fabien Yene à la veille de son départ pour le FSM de Tunis (VSP n°10, 6 février 2013). Nous l’avons interviewé à nouveau à son retour. (Son blog)

Il faut dire la vérité. Les Allemands, il a bien fallu qu’ils fassent leur examen de conscience sur le nazisme et le racisme pour évoluer. C’est cela même, les Maghrébins aussi ont à faire leur examen sur le racisme. J’ai assisté à Tunis à l’assemblée dite « de convergence ». Dans la continuité de la Charte des migrants du FSM de Dakar, il aurait fallu que la convergence soit mondiale, que l’assemblée soit mondiale. J’ai eu l’impression d’assister à une assemblée d’où les migrants subsahariens étaient exclus. Et pourtant ils sont bien là, ils existent.

On parle toujours de la migration Sud-Nord, pourquoi ne parle-t-on pas, ou très peu, de la migration subsaharienne au Maghreb ? Continuer la lecture de Sans-papiers subsahariens : Le Sahara, puis l’enfer au Maghreb

9e Collectif : Assez d’abus de pouvoir !

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

Bloqué, encerclé de cordons de CRS dès sa sortie du métro à Bastille, le 9e collectif parisien manifeste tous les samedis après-midi aussi près que possible de l’habitation du ministre de l’intérieur : il fait entendre sa voix vibrante d’indignation et sa protestation sonore contre la politique restrictive du droit des étrangers à la régularisation administrative. Depuis six mois, il est ainsi en butte aux intimidations de la répression et à l’arbitraire des interdictions du droit de manifester. Nous avons interviewé Bahija, militante du collectif.

La politique du gouvernement socialiste peut être légitimement définie comme un abus de pouvoir en maints domaines. On nous avait promis le changement. On constate aujourd’hui à quel point le changement est une continuité : continuité de la politique, aggravée, du gouvernement de droite. Le cas du ministre de l’intérieur est entre tous symptomatique. Continuer la lecture de 9e Collectif : Assez d’abus de pouvoir !

Nice : « Le 28 »

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

Une nouvelle structure d’accueil a vu tout récemment le jour à Nice, au 28 rue Dabray. À son origine, deux associations : Habitat et citoyenneté et Vie et partages [voir VSP n°8, 16 mai 2012]. Le DAL 06 et RESF 06 vont bientôt les rejoindre. Voici ce que nous a dit Hubert, fort affairé à s’occuper de quelques personnes et de l’« épicerie pour migrants » (prix moyen des denrées, 15% du prix magasin – mais je le vois en donner gracieusement à des femmes avec enfants) : « Nous sommes au cœur d’un quartier très populaire et cosmopolite. Le local sera destiné à l’accueil des migrants, sans-papiers, demandeurs et déboutés d’asile, mal-logés et sans-logement. La situation de toutes ces personnes s’est beaucoup détériorée depuis notre entretien d’il y a un an. Auparavant, il y avait une certaine tolérance : maintenant, tolérance zéro, c’est « le droit » qui s’applique. De plus en plus de gens de l’Est et d’Africains viennent demander de l’aide pour des problèmes de vie et de logement. Sur Nice et tout le département on ne compte plus les occupations spontanées de logements vides ou abandonnés. Les Roms, entre 200 et 300 personnes recensées, se font expulser d’un endroit pour aller en occuper un autre, et ainsi de suite. C’est d’ailleurs pareil pour tout le monde. »
 

Paris-Couronnes : L’État de non-droit et ses supporters

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

On est esclave et non pas libre, et un esclave de l’État, monarchique ou socialiste, est un esclave.

 

(F.D. Nieuwenhuis, Le Socialisme en danger, 1897)

« Couronnes-Belleville : grand coup de balai policier, fini le marché du ramadan ! » Avec ce titre le texte qui suit a paru le 21 juillet sur le site Le quotidien des sans-papiers. Il est reproduit ici tel quel puisqu’il revêt malgré lui un intérêt particulier et typique. L’appel du témoin à manifester est resté inécouté de toute la gauche ; non seulement, mais un administrateur du site a mérité l’honneur de l’invective pour avoir publié ces insupportables « niaiseries de curé ». À l’évidence, la question n’était plus l’agression par l’État policier, mais la croyance religieuse des agressés. Continuer la lecture de Paris-Couronnes : L’État de non-droit et ses supporters

De l’esclavagisme contemporain

La voix des sans-papiers N°11. 22 août 2013

Traites atlantiques des Noirs (des « nègres », selon le mot de l’époque, où nègre signifiait esclave noir [1] : déguisées en mission civilisatrice de la chrétienté. Colonialismes européens se partageant tout un continent : déguisés en antiesclavagisme civilisateur (abolitionniste de l’esclavage endémique africain). Néocolonialismes taillant à l’Afrique les habits neufs du roi (du roi nu de la fable vêtu d’un éblouissant costume inexistant) : déguisés en civilisation institutionnelle d’État postcolonial (national moderne et prédateur, à l’européenne). Nouvelles traites négrières en cours : déguisées en vague migratoire, en invasion de nouveaux barbares en quête de civilisation dans les pays développés et modernes. C’est l’histoire en raccourci, la chaîne ininterrompue des changements et travestissements de cinq siècles d’expansion du mode d’accumulation capitaliste occidental en premier lieu par le pillage systématique des peuples d’Afrique : de l’Afrique sous-développée, « arriérée », asservie, saignée, spoliée de ses forces de travail vives. Continuer la lecture de De l’esclavagisme contemporain