La CSP 75 ou Coordination 75 des Sans Papiers est constituée de facto en 2002 par le regroupement de plusieurs collectifs Sans Papiers parisiens autonomes à la suite de l’occupation de la Basilique de Saint-Denis [1] en août 2002.
Les collectifs fondateurs [2] sont eux-mêmes issus du mouvement Sans Papiers qui a vu le jour en 1996, de l’occupation de l’église Saint-Ambroise à celle de l’église de Saint-Bernard, événements fondateurs de la lutte des Sans Papiers en France.

En 2005, la scission d’avec la Coordination Nationale des Sans Papiers, à laquelle la CSP 75 s’était affiliée dès 2002, la conduit à officialiser et affirmer sa propre existence en continuant à mener ses actions de façon autonome, tout en recherchant et en œuvrant pour l’unité du mouvement Sans Papiers.
La CSP 75 est ainsi membre, avec de nombreux autres collectifs de Sans Papiers et Migrants, de l’Union nationale des Sans Papiers ou UNSP et de la Coalition internationale des Sans Papiers et Migrants ou CISPM.

La CSP 75 a toujours été reçue par la Préfecture de Police de Paris, en moyenne tous les un à deux mois et à certaines périodes à un rythme plus soutenu [3].

Organisés aujourd’hui à partir des trois collectifs CSP 11e, CSP 18e et CSP 19e, nous rassemblons plusieurs centaines d’adhérents et de nombreuses nationalités, dont une majorité d’Afrique de l’Ouest.

Notre travail consiste d’une part à :

  • faire sortir les Sans Papiers de leur isolement,
  • mobiliser en cas d’arrestation d’un adhérent pour sa libération,
  • aider les adhérents à préparer leur dossier de demande de régularisation,
  • puis les accompagner en préfecture et dans les démarches,
  • et enfin les conseiller une fois leur régularisation engagée.

Et d’autre part à :

  • manifester et mener des actions régulièrement pour maintenir la visibilité des Sans Papiers de la CSP 75 et interpeler autorités et population sur la question politique et sociale des Sans Papiers et plus largement des Migrants,
  • initier et participer à tout forum, débat… ou à toute assemblée, assise, exposition… traitant de cette thématique,
  • participer activement à la lutte des Sans Papiers et des Migrants de toutes les façons possibles :
    • au niveau local, avec les autres collectifs et associations de la région parisienne,
    • au niveau national, notamment avec l’UNSP dont nos collectifs sont membres fondateurs,
    • au niveau international avec la CISPM dont nous sommes également membres fondateurs, l’échelle européenne et internationale étant aujourd’hui la seule pertinente pour attaquer les problèmes à leur véritable hauteur.

Nous sommes ainsi devenus un interlocuteur reconnu des pouvoirs publics pour le traitement de la situation des Sans Papiers à Paris.

Et nous comptons bien continuer à être les interlocuteurs des pouvoirs publics sur ce sujet, comme nous souhaitons vivement avoir enfin un interlocuteur permanent au gouvernement et dans l’administration auprès de qui nous pourrions maintenir le dialogue.


NOTES
 [1↑] En août 2002, l’occupation de la Basilique de Saint-Denis menée par la Coordination 93 de lutte pour les Sans Papiers a fait affluer des centaines de Sans Papiers venus de toute la France dans l’espoir d’une régularisation. Pour faire face à cette situation sans précédent, la Coordination 93 a alors appelé à la création de coordinations pour qu’elles prennent le relais dans les autres départements. Cf. Dans la presse : « Les sans-papiers cherchent des relais » – liberation.fr 27/08/02.
 [2↑] Les CSP 11e RB (Romain Binazon), CSP 18e et CSP 19e.
Publicités