La Caravane CSP75-CISPM pour le FSM 2015 de Tunis

Partie de Paris le samedi 14 mars, la caravane de la CSP75-CISPM a rejoint le Forum social (FSM) de Tunis qui s’est tenu du 24 au 28 mars 2015, après être passée par l’Espagne et le Sud de la France où elle a rencontré des collectifs de migrants.

Elle a été rejointe à Tunis par une caravane venue d’Afrique, la délégation de l’association Droits Ici et Là-bas Mali (DIEL Mali) partie, elle, de Bamako, pour être porteurs ensemble d’un message commun : le droit à la liberté de circulation et d’installation, le droit à l’émigration et à l’immigration. Les délégations ont pu témoigner plus particulièrement, pour la Caravane venant de Bamako, des problématiques de l’émigration Sud-Sud et Sud-Nord et, pour la Caravane venant d’Europe, de la dégradation, en fait et en droit, de la condition des Sans-papiers et Migrants en France et en Europe.

Revendications portées au FSM 2015 de Tunis :

  • Le droit à la libre circulation et à la libre installation.
  • La fermeture des centres de rétention pour les Sans-papiers et demandeurs d’asile, en association avec la campagne Frontexit qui exige le démantèlement de l’agence Frontex.
  • L’arrêt des expulsions du pays d’accueil et des zones extraterritoriales destinées à l’externalisation des expulsions hors de l‘Europe.
  • La régularisation de tous les Sans-papiers dans un titre de séjour pérenne (la carte de 10 ans pour la réalisation d’une insertion réussie) et la réduction des taxes afférentes.
  • La promulgation du droit de vote et de l’éligibilité à toutes les élections pour les migrants régularisés.
  • Le respect inconditionnel du droit d’asile.
  • L’égalité de plein droit entre nationaux et migrants régularisés (accès au travail, à la santé, à l’éducation, à la culture, en particulier accès à tous les métiers selon les compétences, lutte contre la dé(dis)qualification professionnelle des migrants).
Publicités

Migrants sans-papiers, persécutés, noyadés, massacrés : Martyrs de la liberté et de l’humanité sans frontières

La voix des sans-papiers N°12. 12 novembre 2014

Combien de morts ? Personne ne sait, personne ne saura jamais.

Pour qu’enfin apparaisse publiquement la véracité du cri d’alarme lancé depuis bien des années par les migrants subsahariens : la traversée de la Méditerranée se fait au prix d’énormément de noyades, il aura fallu qu’un pays, l’Italie, y déploie pendant un an les moyens de sa marine militaire (coût affiché entre 9 et 10 millions d’euros par mois) : officiellement, pour sauver les migrants, en fait pour mettre la pression médiatique sur l’Europe et la faire participer aux frais des contrôles de ses frontières sud. Dès lors, le nombre de morts est apparu impressionnant : depuis janvier « au moins 3300 », écrit Le Monde.fr du 31 octobre, et l’Organisation internationale pour les migrations en comptait 3072 le 29 septembre. Continuer la lecture de Migrants sans-papiers, persécutés, noyadés, massacrés : Martyrs de la liberté et de l’humanité sans frontières

Nous comptons nos morts : assez, le trafic d’êtres humains !

La voix des sans-papiers N°12. 12 novembre 2014

Familles de Bafoulabé, Mali

Le 14 juillet dernier une embarcation de fortune, parmi tant d’autres, a naufragé au large des côtes de la Libye, emportant sa cargaison de vies humaines. À son bord, 110 jeunes Maliens venant la plupart du cercle de Bafoulabé, au sud-est de Kayes, à l’ouest du Mali. Un seul rescapé.

« Les médias nationaux français excepté RFI n’ont même pas donné la nouvelle », dit Diaby. C’est un constat amer, dans la bouche de ce travailleur malien immigré en France en 1979. Amer et édifiant sur la qualité et la déontologie de l’information faite en France sur les noyés de l’autre rive, ces milliers de « morts de la mer » que l’impudence légale d’État continue d’appeler des immigrants « clandestins ». Continuer la lecture de Nous comptons nos morts : assez, le trafic d’êtres humains !

Anzoumane Sissoko, CSP75 : Majorité et minorite : les minorités y passent

La voix des sans-papiers N°12. 12 novembre 2014

Nous avons mené notre enquête auprès des familles à Paris, à Bamako, aux villages. Il apparaît que si ce naufrage a eu lieu [voir article p. 2], c’est à cause des méthodes de la filière des passeurs. Un des responsables est originaire de Sélinkégny, cercle de Bafoulabé. Il avait un correspondant passeur malien en Libye, chargé de prendre les « clients » à Bamako, à Gao. Après le désert (soit par le Niger soit par l’Algérie), ils travaillent avec les passeurs libyens qui font construire à peu de frais des barques destinées à disparaître en mer. Tout ce qu’ils perdent, eux, c’est les moteurs. Comment s’y prennent-ils ? Ce qui suit pourra sembler une histoire à dormir debout, mais c’est ce qu’ils font. De vrais criminels assassins.

Quand ils embarquent des gens, il y a une majorité, par exemple malienne, et des minorités, par exemple sénégalaise ou mauritanienne, etc. Continuer la lecture de Anzoumane Sissoko, CSP75 : Majorité et minorite : les minorités y passent

L’État et les familles

La voix des sans-papiers N°12. 12 novembre 2014

Le 14 septembre, pour commémorer les 109 morts par noyade du 14 juillet, et pour débattre des moyens de prévenir de tels drames, se sont réunies à Bagnolet avec les sages les familles maliennes de la région parisienne. Était présent, comme représentant du gouvernement malien, le vice-consul, et il est intervenu deux fois : d’abord pour affirmer, ensuite pour nier, que le gouvernement vise à « lutter contre ce phénomène » (de « l’émigration clandestine ») en faveur de la seule « émigration légale ». Une fois les débats clos, et l’assistance déjà en train de partir, voilà que s’amène d’un pas ferme un homme bien bâti, bien portant, bien mis, la quarantaine à peu près, entouré de deux autres plus jeunes mais tout aussi en costard et costauds. C’était le représentant du ministre des Maliens de l’extérieur venu pour dire : que « le gouvernement a mis en place un système pour rapatrier ceux qui prennent la route du désert », mais que, vu l’insuffisance des « moyens », « il est difficile de récupérer » tous ces gens, Continuer la lecture de L’État et les familles

Migrants sans-papiers maliens : Une guerre qui ne dit pas son nom

La voix des sans-papiers N°12. 12 novembre 2014

Djibril et Lamine, jeunes frères sans-papiers, natifs de Bamako, ex-étudiants en droit, sont arrivés en France depuis peu. Partis respectivement en février et en mars derniers, ils ont pris, parcours obligé pour tant de migrants subsahariens plus ou moins désargentés, la route du désert en passant par la Libye, puis la Méditerranée et l’Italie.

« D’abord, au Mali, depuis le début de la guerre dans le nord, l’université est en crise permanente : grèves illimitées des professeurs sans paye, grèves illimitées des étudiants pour leurs droits. Aux revendications traditionnelles (avant tout les bourses, sans bourses les étudiants des familles modestes ne peuvent pas poursuivre leurs études) s’ajoute aujourd’hui celle du droit à des cours réguliers, sans années blanches : ça a été le cas en 2012, et ça a risqué de l’être aussi en 2013. Continuer la lecture de Migrants sans-papiers maliens : Une guerre qui ne dit pas son nom

Appel de la CISPM – FSM 2015 de Tunis

30 juillet 2014 – CISPM

Appel de la Coalition internationale des Sans-papiers et Migrants (CISPM) pour la participation des Sans-papiers, des demandeurs d’asile et des Migrants au Forum social mondial (FSM) de Tunis en mars 2015

La CISPM (Coalition internationale des Sans-papiers et Migrants) appelle tous les mouvements et collectifs de Sans-papiers, Migrants d’Europe et demandeurs d’asile, ainsi que les associations de migrants subsahariens arrivés ou installés au Maghreb, à réaliser ensemble leur participation active au prochain Forum Social Mondial (FSM) de Tunis, qui se tiendra du 24 au 28 mars 2015.

Dans la presse : « “Plus personne ne doit mourir en voulant traverser la Méditerranée” » – arte.tv 10/10/13

“Plus personne ne doit mourir en voulant traverser la Méditerranée”

Laure Siegel, ARTE JOURNAL, arte.tv, 10 octobre 2013.

 

Alors que l’île sicilienne de Lampedusa enterre à peine les migrants érythréens morts aux portes de l’Europe, les voix s’élèvent pour que les routes de l’immigration cessent d’être des couloirs de la mort. Pour Sissoko Anzoumane, porte-parole de la Coordination des sans-papiers de la région parisienne, plus personne ne devrait jamais mourir pour vouloir changer de pays.

« Tout le monde s’indigne aujourd’hui avec Lampedusa parce que le nombre de morts d’un coup est énorme : nous demandons simplement qu’il n’y ait plus personne qui meurt en voulant traverser la Méditerranée. Il faut appliquer l’article 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que chacun est libre d’aller où il veut, quand il veut. Si la liberté de circulation était respectée, Frontex n’aurait jamais été créée » assène Sissoko Anzoumane, militant depuis 2002 Continuer la lecture de Dans la presse : « “Plus personne ne doit mourir en voulant traverser la Méditerranée” » – arte.tv 10/10/13

Dans la presse : « Forum social mondial 2013 en Tunisie : lutte des femmes, galère de migrants et occupation de territoires » – lesinrocks.com 31/03/13

Forum social mondial 2013 en Tunisie : lutte des femmes, galère de migrants et occupation de territoires

Laure Siegel, lesinrocks.com, 31 mars 2013.

 

Le Forum social mondial 2013 se tenait à Tunis du 26 au 30 mars. Annoncé comme un espace de débat d’idées, d’approfondissement de la réflexion, de formulation de propositions et d’échange d’expériences, nous nous sommes rendus sur place pour vérifier. Troisième épisode.

Dernier jour du Forum social mondial au campus de Tunis. Sous un soleil de plomb, une dizaine de femmes tunisiennes se succèdent pour témoigner à la conférence de l’ATFD (Association tunisienne des femmes pour le développement), pointant toutes “une politique de marginalisation économique et politique des femmes dans toutes les zones, urbaines et rurales” qui s’aggrave depuis l’arrivée d’Ennhada au pouvoir. […]

 

Au Village des migrations, les nerfs sont à vif chez les militants du collectif de régularisation des sans-papiers (voir l’article sur leur marche en Europe en juillet 2012), reconnaissables à leurs gilets jaunes. Le dimanche précédant le forum, l’armateur qui les a emmenés de Gênes à Tunis les a prévenu qu’il ne les ramènerait pas la semaine d’après, voulant éviter une grosse amende. Continuer la lecture de Dans la presse : « Forum social mondial 2013 en Tunisie : lutte des femmes, galère de migrants et occupation de territoires » – lesinrocks.com 31/03/13

Vidéo : La Caravane des Sans-Papiers CISPM – FSM 2013 de Tunis, 25/03/13

La caravane des sans-papiers CISPM
Par Portail E-joussour sur youtube.com, 25/03/13.

La Coalition Internationale des sans-papiers et des Migrants (CISPM) a pris l’initiative d’organiser une caravane européenne à destination du Forum Social Mondial 2013 à Tunis du 26 au 30 mars, en passant par la Belgique, la France et l’Italie et, de là, rejoindre la Tunisie par la mer. Cette caravane est composée de 50 internationaux dont 14 sans-papiers ouest africains et un Tunisien qui ne nécessitaient aucun visa pour entrer en Tunisie. Au préalable des courriers avaient été envoyés aux différents gouvernements français, italien et tunisien ainsi qu’à Frontex afin de les informer de cette initiative.
Depuis son départ de Paris le 18 mars, la caravane des sans-papiers de la CISPM a été très bien accueillie par les associations belges, françaises et italiennes, puis a embarquée comme prévu le 23 mars à Gênes vers la Tunisie.
Parvenue à Tunis, la caravane s’est trouvée bloquée dans le port.

URGENT APPEL ! Communiqué caravane sans-papiers FSM Tunis EN DANGER

24 mars 2013 – Communiqué CISPM

URGENT MOBILISATION
Pour la caravane des sans-papiers CISPM
qui devait rejoindre le FSM 2013 à Tunis
et a été refoulée de Tunisie vers l’Italie !

APPEL A MANIFESTER
DEMAIN LUNDI 25 MARS A 17H
DEVANT LES AMBASSADES D’ITALIE DANS CHAQUE PAYS !

Les militants de cette délégation, et notamment les 14 sans-papiers,
risquent de payer cher leur engagement.
Nous demandons à ce qu’ils soient ré-admis en Italie
sans aucune poursuite ni procédure de rétention ni d’expulsion.

 

Dans la presse : « Les sans-papiers en route pour Tunis » – afriscope.fr 05/03/13

Les sans-papiers en route pour Tunis

Carole Dieterich, afriscope.fr, 5 mars 2013.

 

Une caravane de sans-papiers partie d’Europe traversera la Méditerranée pour se rendre à Tunis, où se déroule le Forum social mondial du 26 au 30 mars. [1]

 

« Cette année, nous serons au Forum social ! » Anzoumane Sissoko, à la tête de la Coordination parisienne des sans-papiers (CSP75) est déterminé. À l’appel de la Coalition internationale des sans-papiers et migrants (CISPM) – dont la CSP75 fait partie – une vingtaine d’étrangers en situation irrégulière accompagnés d’autant de militants partiront de Berlin pour se rendre au Forum social mondial (FSM) à Tunis. Venus de France, d’Italie, d’Allemagne, de Belgique ou encore d’Espagne, les participants embarqueront à bord d’un bus direction Bruxelles, Paris, Valences, Milan puis Gênes. De là, ces compagnons de route prendront le ferry jusqu’à Tunis, où ils arriveront le 24 mars. « La plupart des thèmes dont il sera question au FSM traitent d’immigration. L’idée est donc de s’y rendre avec des sans-papiers et surtout de revenir avec eux », explique Anzoumane, figure emblématique du mouvement à Paris, régularisé en 2005. Continuer la lecture de Dans la presse : « Les sans-papiers en route pour Tunis » – afriscope.fr 05/03/13

Dans la presse : « La marche européenne des sans-papiers transcende les frontières » – africultures.com 11/07/12

La marche européenne des sans-papiers transcende les frontières

Mélanie Cournot, africultures.com, 11 juillet 2012.

 

Arrivée à Strasbourg le 2 juillet 2012, la Marche européenne des sans-papiers et des migrant(e)s a rassemblé 128 marcheurs issus des collectifs nationaux des sept pays traversés. Ce périple d’un mois, reliant le siège de la Commission européenne (Bruxelles) à celui du Parlement européen (Strasbourg) aura fait tomber quelques frontières. Retour sur cet événement unique qui cherche à redéfinir les lignes d’une Europe des droits et de la solidarité.

 

Strasbourg, 3 juillet 2012, au pied du Parlement européen, dans un gymnase mis à disposition par la ville, la Coalition internationale des sans-papiers et migrant(e)s (CISPM) qui porte la première Marche européenne des sans-papiers et des migrant(e)s prépare son ultime conférence de presse. Marcheurs et marcheuses, sans-papiers ou militants sont arrivés la veille après un parcours de plus 1 900 kilomètres et sept frontières traversées (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, France, Suisse, Allemagne, Italie). La nuit a été courte, déjà sonne l’heure des premiers bilans. Continuer la lecture de Dans la presse : « La marche européenne des sans-papiers transcende les frontières » – africultures.com 11/07/12

Appel pour la Marche européenne des Sans Papiers et Migrants

2 juillet 2012 – CISPM

On y est ! Oui, la marche est à Strasbourg.

Aujourd’hui vers 16 heures, les trois bus des marcheurs sont arrivés de Turin à Strasbourg. Ils se sont tout d’abord brièvement arrêtés au gymnase Wacken, où la marche est hébergée pour les trois nuits à Strasbourg avec le soutien logistique de la Ville de Strasbourg.

Après avoir déposé leurs bagages, ils sont aussitôt repartis en centre ville place de l’Étoile où est prévu l’accueil officiel des marcheurs par le collectif des associations locales à 17h30.
Ensuite première manifestation à Strasbourg prévue depuis la place de l’Étoile en direction des institutions européennes.

Compte-rendu : Manifestation contre Frontex à Dakar racontée par Afrique-Europe-Interact, 10/02/11

10 février 2011 – Afrique-Europe-Interact

Manifestation contre Frontex

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A la fin du Forum social mondial et de la caravane, un cortège de manifestants s’est mis en route vers le bureau de Frontex.

Le 10 février au matin, quelques 600 personnes répondaient à l’appel à protester « Contre la mort de milliers de migrants aux frontières extérieures de l’Europe », en défilant depuis la Poste de la Medina jusqu’au bureau de Frontex sur la place d’Oran à Dakar.