Compte-rendu : Manifestation contre Frontex à Dakar racontée par Afrique-Europe-Interact, 10/02/11

10 février 2011 – Afrique-Europe-Interact

Manifestation contre Frontex

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A la fin du Forum social mondial et de la caravane, un cortège de manifestants s’est mis en route vers le bureau de Frontex.

Le 10 février au matin, quelques 600 personnes répondaient à l’appel à protester « Contre la mort de milliers de migrants aux frontières extérieures de l’Europe », en défilant depuis la Poste de la Medina jusqu’au bureau de Frontex sur la place d’Oran à Dakar.

Le réseau Afrique-Europe-Interact, le « Forum Permanent des Acteurs de la Pêche Artisanale en Afrique » et l’« Association des jeunes rapatriés de Thiaroye sur mer » avaient mobilisé, dans le cadre du Forum Social Mondial, pour aller protester contre les agissements de l’agence Frontex qui, depuis son entrée en fonction, est responsable de la mort de plusieurs milliers de migrants.

 

Outre les nombreux ateliers organisés par l’AEI dans le cadre du FSM, cet événement a été l’une des apparitions publiques du réseau les plus remarquables, à Dakar.

 

La manifestation commença directement sur le campus de l’université Cheikh Anta Diop. La traversée des quartiers de la Geule Tapee et de la Medina a été pour nous l’occasion d’attirer une fois de plus l’attention, à l’aide de prises de parole énergiques, sur les revendications déterminantes d’Afrique-Europe-Interact, à savoir : liberté de circulation pour tous, pour le droit de partir comme celui de rester, pour un développement juste. Sur le chemin vers la place d’Oran, on a pu entendre les slogans suivants : « il n’y a pas d’illégaux ! Solidarité avec les migrants et les migrantes ! Solidarité avec les sans-papiers ! Les travailleurs et travailleuses émigrés maintiennent l’économie de l’Europe comme celle des pays africains à bout de bras ! Nous sommes tous(tes) des migrant(e)s ! Pour le droit à la migration ! Frontex tue les migrants sur la mer, tue vos enfants ! »

 

La menace proférée au début d’interdire la manifestation sur ce trajet d’à peine 700 mètres ne fut pas suivie d’effet ; en échange, les manifestants furent accompagnés, de la Poste de la Medina jusqu’au bâtiment de Frontex, d’une forte présence policière (une centaine de fonctionnaires armés, environ).

 

Peu avant l’arrivée du cortège, quelques activistes avaient réussi à pénétrer dans le batiment pour accrocher une banderole « Frontexplode ! » au balcon. Après quelques minutes d’exposition, celle-ci fut retirée par des collaborateurs de Frontex, et le petit groupe s’en est sorti avec un contrôle d’identité. Le rassemblement devant le bâtiment de Frontex prit la forme d’un sit-in. Entres autres orateurs(trices), il y avait Madjiguène Cissé du comité du FSM, Tahirou Bah et Ousmane Diarra du réseau AEI.

 

Afrique-Europe-Interact

 

Publicités